S’informer et agir pour défendre l’élevage fermier !

Après deux épisodes successifs d’influenza aviaire : réflexions scientifiques et avenir de la filière volaille

Au retour du colloque Influenza aviaire organisé dans le Sud-Ouest, par la conf’ en Novembre  : , nous constatons encore une fois l’industrialisation de l’agriculture .

Alors que l’ ITAVI s’inquiète de la diminution de la production de poulet export en France, nous, paysans de la conf’, comprenons la mauvaise gestion des crises, entre sur-production, segmentation, industrialisation à marche forcée et crise de l’influenza aviaire .

La conf’ nationale s’est emparé via ses animatrices Roxane et Alice du dossier en travaillant sur le guide de bonne pratique :
La Biosécurité pour les petits élevages de volailles en circuits courts et en autarcie *.

De nombreux experts sont intervenus pendant ces deux jours ( ANSES , ITAVI , DGAL ,CNRS,vétérinaire …) et de nombreux témoignages de paysans ( CONF’ ,FNAB , MODEF , CNADA ) ou consommateurs .

Nous arrivons dans une période difficile pour nous, producteurs de volailles puisque l’administration demande des aménagements dans nos installations et nos comportements de tous les jours (exemple : délimitation des zones sur la ferme -avicole, professionnel, publique-, palmipèdes éloignés des gallinacés, porcs éloignés des volailles etc,, ) .

A partir de juillet 2018 nous devrons répondre à ces exigences difficilement adaptables à nos fermes.

C’est pour cela que la Conf’ travaille avec l’ ITAVI et la DGAL pour faire accepter que nous ne sommes pas vecteur de maladie, mais qu’au contraire nos pratiques permettent de limiter les risques , par la petite taille de nos élevages et le flux d’intervenant très limité sur nos fermes ( les volailles arrivent souvent à 1 jour pour repartir prêt à cuire ).

En cette fin d’année le guide de bonne pratique* doit être validé .

Pour cette raison , la Conf’ de Loire propose une rencontre des producteurs de volailles, en début d’année pour discuter u autour de cette problématique .
Pour ne pas être seul sur nos fermes devant cette pression administrative et en cas de contrôle inapproprié .

Thierry Pallanche producteur de volailles en circuit court et en autarcie présent au colloque