Ferme de Priroda

Max et Vicky sont deux jeunes paysans installés en maraîchage et en élevage de conservation au bord du Barbenan, en montagne Bourbonnaise.

Une comédienne et un infographiste

Max et Vicky sont deux néo-ruraux, elle était comédienne et lui infographiste. Ils se sont installés en début d’année 2018 sur la ferme de Priroda, à Droiturier. En quelques mois, ils sont parvenus à concrétiser un projet d’agriculture paysanne, sur lequel ils avaient travaillé avec acharnement durant sept longues années.

Des ateliers en fonction des saisons

L’activité principale de leur ferme est occupée par le maraîchage. Ils travaillent en permaculture sur des planches permanentes : « c’est un choix que nous avons fait par logique, suite aux rencontres que nous avons faites et aux formations que nous avons suivies. Ce type de culture permet le respect du sol et de moins déranger la biodiversité ».

Ils cultivent essentiellement des variétés anciennes et n’utilisent pas d’hybride. Les légumes et les plants qu’ils produisent sont vendus en direct, à la ferme les mercredis soirs et sur le marché de Vichy le samedi matin.

Max et Vicky ont élaboré deux autres ateliers. Le premier concerne l’élevage de conservation, composé de poules, de brebis et de chèvres de races anciennes et rustiques souvent menacées de disparaître. Ils vendent les volailles à des particuliers et les ovins/caprins à des éleveurs. Le second concerne la pension équestre (au pré) : les propriétaires des chevaux ont accès à un box, une douche, une sellerie et bientôt une carrière et un rond de longe. Cet atelier leur permet d’avoir un revenu.

En parallèle de ces trois ateliers, ils proposent des activités d’accueil pédagogique sur un jardin mandala et un potager spécialement dédié à ces ateliers, destinées aux scolaires et aux familles. Ils disposent d’une grande salle semi-ouverte dans laquelle ils organisent des animations. À terme, ils souhaitent l’ouvrir à des intervenants extérieurs afin de proposer un véritable programme culturel.

Choix de vie et engagement

Pour pouvoir s’installer, Vicky a suivi un Bac Agricole élevage spécialisation équins par correspondance pendant un an. Ils ont été accompagnés par l’ADEAR de la Loire et bénéficié du fonds VIVEA pour suivre des formations. « Jamais nous n’aurions pu nous payer ces formations ! Tout notre projet a été conçu grâce à elles. Sinon, comment créer une entreprise agricole avec la gestion comptable, les réglementations, les statuts sociaux, juridiques et fiscaux… Tout cela, ce n’est pas le Bac Agricole qui nous l’a appris ! Ces expériences nous ont permis de créer notre  réseau professionnel ». Pour des questions réglementaires, ils sont passés par le Point Accueil Installation de la chambre d’agriculture mais ils ont choisi de s’installer « sans DJA car les conditions actuelles de ce dispositif ne correspondent pas à des systèmes agricoles différents qui ne rentrent pas dans une logique d’industrialisation de l’agriculture ».

« Dans le cadre de notre activité quotidienne nous partageons nos valeurs et nos pratiques auprès des particuliers. Aujourd’hui il nous tient véritablement à cœur de nous engager au sein de la Confédération paysanne, notamment pour que des projets différents comme le nôtre soit reconnus dans les instances politiques et les organismes professionnels agricoles. Car nous avons l’intime conviction que c’est un des modèles les plus résistants face aux changements climatiques. »

La Ferme en Bref

  • En cours de certification Nature & Progrès
  • SAU : 6,6 hectares
  • Installation grâce aux fonds levés par Crowdfunding : 28 300€

Élevage

  • Ovins: Thônes et Marthod
  • Caprins : Poitevine et Rove : 6 mères
  • Poules : Araucana, Leghorn, Marans et Vorwer
  • 5 chevaux en pension prés

Maraîchage

  • Serres de 200 m2- 1300 m2 de cultures en plein champs