LAP 12 – Décembre 2018

Salut à toi l’électeur,

salut à toi l’agricultrice, salut à toi l’exploitant agricole, salut à toi l’éleveuse, salut à toi le paysan… Quand on vote, on peut avoir l’impression de remettre son destin à d’autres. Ce que la Conf’ veut, c’est que votre vote soit là pour prendre votre avenir en main comme vous prenez une fourche pour travailler.
Nous vous devons de la franchise. Le vote ne fait pas tout, loin de là ! C’est nécessaire mais pas suffisant. La vie démocratique à laquelle nous vous demandons de participer − vos élections professionnelles − est l’étape la plus facile et la plus rapide à faire. Élire la Conf’ à la Chambre d’Agriculture c’est entamer un chantier nouveau vers l’avenir. Sur ce chantier il ne faudra pas mollir car la voie du progrès social, de la justice économique et du respect de notre profession est une lutte permanente.
Une des conditions indispensables de la démocratie c’est l’existence d’une pluralité : la détention du pouvoir agit sur ceux qui l’exercent par un pourrissement à terme. C’est la somme des idées nouvelles qui font avancer le débat. La démocratie nécessite de la participation à l’élaboration de propositions, du dialogue, et savoir manifester son approbation ou son désaccord avec parfois de la vigueur et de l’audace. C’est pourquoi si nous remportons l’élection, à l’instar des pratiques mises en œuvre dans le Puy-de-Dôme, nous aurons le devoir de donner une place à l’ouverture contrairement à ce qui se pratique aujourd’hui encore.
Nous sommes prêts à gérer les Chambres d’Agriculture car depuis longtemps déjà nous remplissons des missions semblables à celles-ci avec l’aide de nos proches partenaires que sont l’ADDEAR pour l’installation la transmission et les formations ; le CAJ pour le juridique ; Solidarité Paysans pour l’entraide entre pairs ; Accueil Paysan pour l’accueil à la ferme ; l’Atelier Paysan pour l’auto-construction ; l’AFOCG pour la comptabilité et les GAB pour le bio. Beaucoup de paysans syndiqués à la Conf’ tiennent des responsabilités importantes dans ces associations. Cette expérience de gestion a été confirmée dans le Puy-de-Dôme depuis six ans.

Pour finir, paysannes et paysans qui vivez sur vos fermes en Allier, en Isère, en Loire, dans le Puy-de-Dôme, en Savoie et en Haute Savoie, gardons en tête ces années de vaches maigres et engageons-nous ensemble pour que ce soit du passé et que nous construisions un nouvel avenir. Recevez de la part des paysans rédacteurs de ce mensuel de la Confédération Paysanne, tous nos vœux de bonheur et d’espoir pour cette année 2019 qui débute.

Le Comité de rédaction de l’AURA paysanne

Allier

Isère

Loire

Puy-de-Dôme

Savoies