La Confédération Paysanne rencontre Jean-Pierre TAITE, vice-président de la région chargé de l’agriculture ! 

Jean-Yves Douix (43) – Laurent Joly (38) – Thierry Bonnamour (73)

La Confédération Paysanne Auvergne-Rhône-Alpes a rencontré le vice-président en charge de l’agriculture afin de faire le point sur les actualités agricoles. Malgré certains points de convergences, des désaccords profonds restent ancrés en particulier sur la vision du hors-sol dans l’agriculture régionale.

Nous nous sommes ainsi opposés sur cet enjeu parce que pour la Région, il est important de soutenir l’élevage hors-sol car « il faut bien produire de l’alimentation pour nourrir tout le monde ». Cet argument bateau est à chaque fois avancé par ceux qui ne veulent surtout pas remettre en cause le modèle productiviste. En effet si l’on creuse un peu plus en profondeur sur notre « sous-dotation » en élevage de monogastriques en claustration (porcs et volailles essentiellement), on se rend compte que c’est plutôt une chance et qu’il n’est aucunement nécessaire de développer ces élevages qui ne rémunèrent pas les paysan.ne.s, ne prennent pas en compte le bien-être animal, sans oublier les externalités négatives environnementales (déforestation importée, etc.).

Malgré ce désaccord profond, nous avons pu aborder de manière constructive la question de la future PAC et des aides à la transition agricole (MAEC, bio, etc.). Jean-Pierre Taite nous a fait part de son impuissance face à un cadrage budgétaire national qui n’arrive toujours pas. Ainsi, la Région a fait le choix de ne plus travailler sur des simulations afin d’attendre d’avoir des éléments suffisamment solides. On ne peut que comprendre ce positionnement, cependant, nous avons particulièrement insisté sur la nécessaire réorientation et répartition des aides en mettant en place un plafonnement.

Les échanges se sont poursuivis sur la future dotation jeune agriculteur sur laquelle le vice-président, nous a fait part de son souhait de maintenir la DJA aux niveaux actuels. De notre côté, nous avons souligné l’importance de pérenniser cet outil, sans oublier que 2/3 des installations sont aujourd’hui hors DJA. Nous avons également rappelé la nécessité de ne pas favoriser les aides massives à l’investissement qui incitent à une fuite en avant vers la capitalisation et le surendettement.

Par ailleurs, nous avons sensibilisé la Région à l’enjeu de la flavescence dorée et du traitement des plants de vigne à l’eau chaude et nous avons reçu la garantie que ce sujet sera mis à l’ordre du jour du comité vin.

Enfin, le sujet de l’eau et de la sécheresse est ressorti, la Région nous a rappelé son souhait de soutenir les retenues collinaires. Nous avons donc amené une réflexion plus globale sur la gestion de l’eau avec la nécessité de repenser quelle utilisation de l’eau, pour qui et dans quel but.

En savoir plus sur l'article

Produit par :