GAEC des Jacquelots

Jacquine Gauchet s’est associée avec Loïc Gaudin en 2007. Ensemble ils ont construit le GAEC des Jacquelocs sur la commune de Venas.

Qu’elles étaient vos motivations pour devenir paysanne ?

« Je me le demande parfois, parce que le métier est dur, mais c’est une longue histoire qui remonte à mon adolescence avec une idée fixe d’un retour à la nature. J’ai suivi des études agricoles au lycée de Rennes. L’atterrissage après vingt années de parcours sur d’autres routes, a été plutôt rude. J’ai travaillé dans la culture pour des compagnies de théâtre après avoir décidé ma reconversion professionnelle dans l’agriculture pour des raisons personnelles ».

Lors de leur installation, ils ont mené de nombreuses transformations au sein de la ferme. Cependant toutes les activités ont été conservées mais dans des proportions différentes, le troupeau laitier et celui allaitant se sont agrandis et les cultures ont diminué. « Nous sommes passés à l’Agriculture Biologique et à la mono-traite, pour arriver finalement à la même quantité de lait produit, mais très différemment ».

Qu’est-ce qui vous a poussé à faire ces modifications ?

« Parce qu’on était deux à être convaincus qu’aller vers l’autonomie était un objectif plus valable que la productivité, parce que l’utilisation des pesticides me tuait. En fait, je pense que toute dépendance à des structures ou intrants nous empêche finalement de penser notre métier par nous-même, donc nous avons essayé de minimiser cette dépendance ».

Avec leur troupeau, Jacquine et Loïc produisent du lait biologique collecté et vendu à Biolait. Les veaux ainsi que les vaches de réforme et les bœufs sont vendus à la Sicaba et à Bovicoop. Les céréales, le blé panifiable partent en circuit conventionnel biologique, sauf une petite partie destinée à une boulangerie locale qui propose une gamme de pains biologiques. Le reste est des mélanges de céréales vendus pour l’alimentation animale.

Êtes-vous heureuse d’être paysanne dans la ferme dans laquelle vous êtes ?

« Oui, je suis arrivée à un moment de ma carrière où le travail que je fais avec mon troupeau me satisfait, (le moins de contraintes possibles pour moi et mes animaux). Si je devais aller plus loin dans ce système, j’irais vers plus d’associés dans le GAEC, plus de connexions locales dans ma commercialisation, un séchage en grange et sauf tout mon respect pour le GIE Zone Verte, je bannirais les cornadis ».

L’engagement syndical :

« Aujourd’hui je me positionne sur la liste de la Confédération Paysanne, car je pense qu’il est urgent de faire évoluer l’agriculture sur de nombreux sujets, notamment la transmission hors cadre familial, l’agriculture en groupement, l’Agriculture Biologique (ce n’est pas un gros mot !). Contrairement à ce que j’ai pu entendre par le passé, nous sommes en mesure et avons les compétences pour diriger la Chambre d’Agriculture. »

La Ferme en Bref

Travail sur la ferme

  • 3 UTH

Productions

  • 50 vaches laitières / 200 000 litres de lait
  • 25 vaches allaitantes, le renouvellement et 12 bœufs

Répartition parcellaire

  • 45 hectares en céréales dont 21 ha de blé tendre ; 13 ha d’orge pois et 10 ha de blé féverole
  • Prairies : 100 hectares

Données économiques

  • E.B.E : 60 000€ (incluant la charge de rémunération des associés)
  • Primes : 70 000€ (ICHN ; DPU ; P.Bovins ; Aides bio)

Commercialisation

  • Principalement en circuit traditionnel