FCO-4 : Changement de cap !

Depuis le 21 décembre dernier, l’ensemble du territoire français est passé en zone réglementée pour la FCO de sérotype 4 et 8, annonçant la fin de l’obligation vaccinale et le blocage des animaux sur les fermes.

La Confédération Paysanne s’est positionnée dès le début pour la liberté vaccinale des éleveurs, dénonçant l’irréalisable éradication de la FCO-4, sans être écoutée. Rappelons que cette maladie  « commerciale », non transmissible à l’être humain,  se transmet par un moucheron et que cette souche ne donne à l’heure actuelle aucun signe clinique.

Les procédures de désinsectisation inscrites dans le protocole de gestion mis en place dans l’hiver, sont très lourdes, inadaptées aux élevages, fortement polluantes et complètement inefficaces.

Il est important de rappeler que la Confédération Paysanne n’était pas seule dans ce combat puisque des collectifs pour la liberté vaccinale se sont créés dans 5 départements. Une pétition a également été mise en place avec les paysans bio de la FRAB Auvergne-Rhône-Alpes, les vétérinaires du GIE Zone Verte et ces collectifs. Celle-ci a réuni près de 28 000 signataires en faveur de la liberté vaccinale et en soutien aux éleveurs désobéissants.

Ce que demande la CONF

La Confédération Paysanne demande à ce que les vaccins disponibles soient utilisés en priorité pour les ovins des de l’ex périmètre interdit ainsi que pour les bêtes destinées à l’export. Elle demande l’abandon de toute les poursuites judiciaires (mises en demeure, procès-verbaux) et veillera au classement sans suite des 3 dossiers de paysans en 74.

  • Les demandes d’indemnisation liées à la vaccination ou à l’intervention des vétérinaires ainsi que les frais de PCR jusqu’à fin janvier sont à faire auprès des DDPP des départements.
  • Les demandes d’indemnisation liées aux pertes économiques provoquées notamment par l’immobilisation des animaux, seront à faire auprès du FMSE. Les modalités de mise en place de ce dispositif sont encore à préciser.

Nous vous transmettrons les informations dès que possible.

La Confédération Paysanne maintient qu’il faut prioriser l’observation et le suivi avant d’obliger, et de bloquer.

Alors qu’il existe, dans toutes les espèces concernées, des élevages qui ont vaccinés et d’autre non, il paraîtrait opportun de réaliser un suivi épidémiologique sur des élevages sentinelles pour enrichir nos connaissances et enfin étudier les différentes réactions des troupeaux face à la maladie.
La Confédération Paysanne de Haute-Savoie, s’est rendue à une réunion bilan le 26 janvier à Annecy, sur invitation du Préfet et de la DDPP74 à laquelle étaient présents également la DGAL, la DDPP73, le GDS 74/73, les syndicats agricoles et plusieurs vétérinaires. Des discussions européennes sont engagées pour la reclassification de plusieurs maladies dont la FCO. La Confédération Paysanne participe à ces travaux à travers le CNOPSAV et par la voix de son Secrétaire National en charge du pôle élevage, Nicolas Girod.

À ce jour, et tant qu’il n’y aura pas de modification du statut de la FCO, l’attitude de l’Etat sera la même : zonage, dépistage, vaccination obligatoire…. Et c’est pourquoi nous devons rester vigilants !