Des outils de transformation au service des paysans

Le Cantal compte deux établissements publics locaux d’Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole (EPLEFPA) l’un à Saint-Flour (EPLEFPA des Hautes Terres) et l’autre à Aurillac (EPLEFPA Georges Pompidou – ENILV). Ces deux sites d’enseignement possèdent des ateliers de transformation axés sur l’apprentissage de la technologie et du savoir-faire mais ce sont également des outils d’expérimentation, de  développement et de fabrications au service notamment des agriculteurs.

L’atelier technologique de Saint-Flour est depuis plusieurs mois en travaux afin de proposer de nouveaux services aux apprenants et aux professionnels. Ces évolutions sont l’occasion de vous présenter l’ensemble des prestations proposées et de comprendre un peu mieux son rôle et son lien au territoire.

Amélie Fournier, directrice de l’atelier technologique de Saint-Flour, nous en dit plus : « La construction de l’atelier technologique et sa mise en service ont répondu à une volonté locale d’impliquer l’EPL dans le  développement territorial. Aujourd’hui cet outil évolue afin de répondre à la demande des agriculteurs-transformateurs et des consommateurs souhaitant des produits locaux. L’atelier emploie aujourd’hui 8 salariés à plein temps ».

Situé sur le site du lycée agricole, l’Atelier Technologique est le support quotidien d’actions pédagogiques : stages et travaux pratiques pour les élèves, formations pratiques pour les stagiaires du CFPPA et agriculteurs, support de formation pour des entreprises, etc. Pour Amélie Fournier « Que ce soit à l’atelier viande, à l’atelier cosmétique, en recherche et développement ou en suivi qualité, le lien avec la pédagogie est primordial. »

Des produits transformés à base de viande

L’activité de découpe et de transformation de la viande est aujourd’hui un pôle fort de l’atelier technologique.

A. Fournier : « Pour s’adapter à la demande des professionnels, l’atelier a réalisé des essais techniques et mis au point de nouveaux produits : viande de bœuf séchée, saucisson sec au fromage, test de salaison sans nitrites, plats cuisinés… » En 2018, plus de 130 agriculteurs ou professionnels ont utilisé l’atelier technologique ou son véhicule frigorifique pour les livraisons. Chacun des agriculteurs dispose de ses propres recettes, du saucisson traditionnel aux plats cuisinés les plus exotiques.

Des cosmétiques naturels

Depuis 2011, l’atelier est déclaré « établissement cosmétique » auprès de l’ANSM*. Des recettes de produits cosmétiques à base de ressources naturelles ont été mises au point et sont proposées aux professionnels en prestation de service : baumes, savons, hydrolats, crèmes, … Cette activité a démarré depuis 2013. Le partenariat avec l’AVRA, Association de Valorisation des Ressources de l’Aubrac, a permis de mettre au point des recettes pour valoriser et faire connaître le « Thé d’Aubrac » : savons, crèmes, baumes …

Et bientôt… des fruits, légumes et épices !

« De nombreuses demandes émanent du territoire depuis quelques années : mise au point de sirops, produits apéritifs, produits sucrés, … à base de miel, de plantes et/ou de fruits et légumes du territoire » explique Amélie.

Pour répondre à ces nouvelles demandes et attentes par l’ensemble des usagers de l’atelier et des producteurs qui réfléchissent à valoriser leurs produits par la transformation, celui-ci va s’agrandir de 385 m2 supplémentaires et se réorganiser** pour la mise en place de :

  • une légumerie permettant le stockage, le lavage et la préparation des légumes ou fruits frais entrant dans la composition des plats cuisinés ou dans de nouvelles recettes spécifiques,
  • un laboratoire d’analyse,
  • un atelier cosmétique avec salle d’accueil.

Cette extension permettra d’aménager un séchoir supplémentaire, une salle de stockage pour les produits fabriqués (notamment conserves) et une salle des épices.

En plus de la découpe et de la transformation des viandes, l’atelier va pouvoir proposer de nouveaux produits (en vente ou via la prestation de services) : soupes, plats cuisinés à partir de viandes et légumes frais, compotes, purées, confitures, jus et sirops, etc. Les maraîchers disposeront ainsi d’un outil permettant de transformer des produits saisonniers et ainsi d’allonger leur durée de conservation. Il sera donc possible d’étoffer la gamme des produits « d’hiver » avec des jus de fruits, des compotes, …. C’est également un moyen de valoriser des produits abîmés ou « moches ».

Ayant toujours une marge d’évolution, cette nouvelle partie est encore adaptable aux besoins matériels de chacun.e. N’hésitez pas à faire part de vos envies ou de vos besoins particuliers.

Pour toute question, contacter Amélie Fournier au 04.71.60.67.81 ou par mail : amelie.fournier@educagri.fr

* Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé
** Ces travaux et aménagements de 800 000 euros sont financés par Saint-Flour Communauté, la région Auvergne Rhône Alpes, l’État et le Département du Cantal.

En savoir plus sur l'article

Produit par :
Mots-clés :
Technique