COVID 19 et Agriculture : Lettre ouverte à Mme la Préfète du Puy de Dôme

Madame la préfète,

Dans le cadre des mesures prises face à la pandémie de la Covid-19, le Premier Ministre Édouard Philippe vient d’annoncer l’interdiction des marchés ouverts tout en indiquant que les Préfets avaient la possibilité d’y déroger localement sur avis ou demande des Maires.

Il est fondamental que les pouvoirs publics mettent tout en place pour assurer la sécurité alimentaire du pays en reconnaissant l’importance première des paysans sur nos territoires.

Nous vous interpellons donc afin de vous demander de permettre aux marchés puydômois qui étaient maintenus jusqu’à présent de pouvoir continuer. Et là où ce ne sera pas possible, de trouver ensemble des solutions alternatives pour et avec les paysans concernés, pour qu’ils puissent continuer à distribuer leurs productions.

La Confédération paysanne réaffirme l’importance primordiale des marchés de plein vent pour les paysans et pour les citoyens non seulement d’un point de vue de la sécurité alimentaire mais aussi pour la sécurité sanitaire.

Les circuits courts ont l’avantage de la proximité et de la résilience en cas de crise. Par rapport aux supermarchés, lieux de confinement, où le libre-service peut engendrer une augmentation des contacts avec le virus, les points de vente en circuit court ne doivent pas être délaissés durant cette crise, bien au contraire. Ils évitent la concentration des points de vente et permettent aux producteurs locaux de continuer à vivre de leur métier. Nous avons mutuellement besoin l’un de l’autre, producteurs et mangeurs.

Supprimer des marchés alimentaires porte non seulement préjudice à toute la filière alimentaire : producteurs, grossistes, marchés de gros, commerçants et artisans alimentaires, mais prive aussi les habitants du choix de leur consommation et d’un accès à des sources d’alimentation en produits frais nécessaires à leur équilibre nutritionnel et à leur santé quotidienne.

Il ne resterait plus que la grande distribution qui concentrerait l’offre, ce qui risque de provoquer des goulets d’étranglements devant les magasins, d’augmenter la tension ressentie par les personnels, de générer des déplacements supplémentaires pour la population tout en faisant peser un risque sur l’approvisionnement en produits frais des Français.

Bien évidemment le maintien des marchés s’accompagnera de recommandations sanitaires strictes via un guide de bonnes pratiques partagé collectivement qui permettra d’assurer une sécurité sanitaire la plus élevée possible pour tout le monde.

Il est vital que les agriculteurs puissent écouler les denrées qu’ils produisent en cette période de forte activité agricole. L’impact économique de ces mesures d’interdiction sur les paysans puydômois engagés dans la relocalisation de la production risque d’être irréversible.

Mais il faut également prendre conscience que toute la production en frais qui serait produite mais ne pourrait être écoulée serait un gaspillage totalement irresponsable compte tenu de la situation qui risque de se tendre quant à l’alimentation de la population en période de confinement. Tout ce qui sera jeté aujourd’hui manquera cruellement demain !

Enfin, cette décision nous paraît d’autant plus injuste qu’elle ne fait que renforcer le traitement inéquitable entre les paysans vendant leurs produits en direct et la grande distribution sans démonstration d’une meilleure sécurité sanitaire.

D’autre part nous recevons avec inquiétude de nombreux signaux négatifs de plusieurs acteurs des filières amont et aval de l’agriculture, impactant également les paysans qui seraient sur des circuits plus longs que ceux évoqués précédemment.

Nous demandons donc expressément pour les semaines à venir la sécurisation et le maintien en activité des abattoirs, des salles de découpe, des laiteries, outils locaux de transformation, des tournées de lait, des réparateurs de matériel agricole et des magasins d’approvisionnement d’aliments pour nos animaux.

Restant à votre disposition, veuillez recevoir, Madame la préfète, nos salutations distinguées.

Pour la Confédération Paysanne du Puy de Dôme, Philippe FALVARD, Porte-parole

En savoir plus sur l'article

Produit par :