Élections aux chambres d’agriculture : des listes dans tous les départements

La Confédération paysanne aura des listes dans chaque territoire pour les élections professionnelles aux chambres d’agriculture de janvier 2019. Ces listes, riches de leur diversité, vont proposer au monde agricole de changer la donne. C’est pourquoi, depuis cet automne, nous faisons campagne autour du slogan « produire pour vivre ».

« Produire »

car fondamentalement, nous sommes des femmes et des hommes qui produisons et qui voulons vivre de cet acte de production. Nous voulons être rémunérés pour ce que nous produisons, à des prix justes, quelles que se soient nos filières. Reconquérir du revenu, c’est retrouver de l’autonomie dans son travail, ses choix, ses pratiques et donc trouver ou retrouver du sens à son métier, souvent vécu comme une passion.

« Vivre »

c’est aussi disposer, à côté de son travail, de temps pour soi, pour sa famille, du temps « libre ». Cette aspiration ne diffère en rien de celle nos concitoyens ! S’affranchir de cette image, de cette idée que le paysan qui réussit « c’est celui qui bosse tout le temps ». Cette « vivabilité » de notre métier est aussi une condition pour sortir de l’isolement et de la souffrance qu’il procure trop souvent au quotidien.

Nous nous inscrivons dans un territoire et une campagne que nous voulons vivante, avec des productions diversifiées et des paysans et paysannes nombreuses, et non quelques centaines de milliers d’agro-managers dans des campagnes vides. Comment y parvenir ? En acceptant de déployer des outils permettant la relocalisation de la production et de la transformation pour une alimentation de qualité accessible à toutes et tous. Ce qui, à termes, sera synonyme de création de sens mais aussi d’emplois dans nos territoires.

Nous n’avons pas peur de dire que certains marchés à l’export, non rémunérateurs, sont un mirage qui asservit les productrices et producteurs, tirant toujours vers le bas les prix qui leur sont payés. Parler aujourd’hui de « régulation », tout en appelant à plus de compétitivité et d’ouverture à l’export pour l’agro-industrie française est un double discours insupportable. C’est cela aussi qui désespère le monde agricole.

Redonner du revenu aux paysannes et paysans est une priorité car c’est ce qui conditionne la réussite de la transformation sociale et environnementale d’un modèle agricole qu’on nous impose depuis 50 ans.

En savoir plus sur l'article

Produit par :