Comprendre l’immunité naturelle de ses animaux

pour mieux prévenir les maladies et mieux soigner !

Adopter des pratiques plus respectueuses de l’environnement et des animaux, moins utilisatrices de produits chimiques, est un souhait de nombreux agriculteurs. Cela implique de travailler différemment, de remettre en question sa pratique d’éleveur…

Pour développer l’immunité naturelle des animaux, il est nécessaire de prendre en considération l’approche globale de la santé animale. Ce qui consiste d’abord à privilégier une démarche préventive, visant à limiter les facteurs de risques en agissant principalement sur les causes des problèmes, avant d’avoir recours à l’allopathie qui agit sur les conséquences.
Gilles Grosmond vétérinaire, cible son discours sur l’immunité naturelle et la bonne connaissance de ses animaux pour une meilleure prévention de leur santé. Il cite l’exemple des cellules, dont le niveau élevé est souvent dû à une erreur au moment de la traite, au traitement de mammites aiguës, à un mauvais protocole de tarissement, à la préparation inadaptée de la mise-bas, à l’anatomie des mamelles ou encore à la qualité de l’eau de boisson. Pour y remédier, il préconise de revoir les techniques de traite, et à travers un suivi personnalisé de chaque vache, d’identifier les quartiers infestés et de traiter en conséquence avec des huiles essentielles sur les mamelles et un ajustement des oligo-éléments.

Témoignages :

Paul, éleveur de d’ovins :

« Je cherche à renforcer l’immunité de mes brebis par des pratiques vétérinaires alternatives »

J’ai mis en place des pratiques de prévention début 2017, dans le cadre d’une formation sur l’immunité naturelle avec l’A.D.D.E.A.R., comme l’organisera la Savoie prochainement :
• Minéral : en plus du minéral, je fais des cures de chlorure de magnésium à chaque changement ou période de stress (par exemple la tonte, au changement de bâtiment, etc) : 5 gr / brebis / jour pendant 5 à 7 jours mélangé à la ration d’orge germé (les cristaux de chlorure fondent facilement avec l’humidité des céréales germées).
• Cure de détox : je donne aux brebis soit en lot, soit individuellement un complexe de détox à base de plantes (Gentiana), aux périodes de transition (à la mise à l’herbe par exemple) ou de pathologies : 10 ml / brebis / jour pendant 3 à 5 jours.
Les résultats ? Cette approche n’est pas spectaculaire… Mais à long terme, sur un an, je vois une amélioration de l’état général de mon troupeau !

Pour Jérôme Crouzoulon, formateur en santé et nutrition animale :

« L’utilisation des plantes médicinales et des huiles essentielles sont des solutions et techniques d’élevage alternatives pour maintenir le troupeau en bonne santé ! ».

«  Il s’agit de donner à l’éleveur des bases raisonnées pour prendre en charge les périodes à risques et les problèmes de santé, en privilégiant des plantes médicinales et des huiles essentielles fondamentales, adaptées aux problématiques d’élevage, comme par exemple l’hygiène de la mamelle, problématiques mammites…  Il faut savoir formuler et associer les plantes médicinales et les huiles essentielles en synergie pour réguler ou soutenir les fonctions biologiques ».