2019, l’heure du renouveau !

En ce début d’année 2019, chacun nous berce de ses vœux.
Et par le contexte électoral dans lequel nous venons de rentrer les vœux sont encore plus prometteurs.
Voici ceux que nous souhaitons adresser aux paysannes et aux paysans ainsi qu’aux responsables politiques régionaux pour la politique agricole de notre région.

Nous souhaitons que :

… les aides sécheresses puissent bénéficier à tous les paysans impactés.

Ils ne doivent pas faire les frais d’une mauvaise gestion financière de la part de la région. La sécheresse ne cible pas uniquement ceux qui empruntent.

 
 

… les systèmes agricoles puissent opérer la transition agro-écologique nécessaire par des changements de pratiques globaux.

L’agriculture est un levier essentiel pour la lutte contre le changement climatique. Les aides calamités, les aides sécheresse ne doivent pas maintenir l’agriculture dans une situation d’aggravation climatique. L’irrigation n’est pas la solution à la sécheresse.

 
 

… les Chambres concilient la diversité des systèmes agricoles pour en enrichir le monde paysan.

Au moment du renouvellement de ses élus, les Chambres ne doivent pas servir une seule vision de l’agriculture, basée sur la cogestion politicienne et qui dessert les paysans. Les chambres d’agriculture doivent être au service des paysans et non de ceux qui les dirigent.

 
 

… les engagements d’aides pris par la région soient honorés.

Les paysans ont rempli des dossiers compliqués (aides bâtiment, maintien en AB, modernisation, …), réalisé des achats, et attendent la contrepartie contractuelle depuis près de 4 ans. Les agriculteurs ne doivent pas faire les frais des lourdeurs administratives et politiques.

 
 

… la politique agricole favorise une agriculture de qualité en phase avec les attentes sociétales.

Les aides doivent être à destination d’une agriculture respectueuse de l’environnement, comme l’agriculture biologique. Les consommateurs ne doivent pas faire les frais d’une politique agro-industrielle qui n’a que trop duré.

 
 

… la courbe de la démographie agricole s’inverse.

La région doit avoir une politique réellement volontariste en matière de renouvellement agricole. L’installation et ses aides doivent être accessibles à un maximum de porteurs de projet. La DJA ne doit plus servir à financer l’investissement dans un modèle agricole qui ne séduit plus. Plus aucun départ ne doit se faire sans, à minima, une nouvelle installation.

 
 

Contacts :

Mickaël Quinsat   co-porte-parole régional   06 66 91 23 36
Thierry Bonnamour   administrateur régional   06 19 06 21 65
Barthélémy Chenaux   coordinateur réseau   07 82 23 51 67

En savoir plus sur l'article

Produit par :